[E]pisode [3]: [A]fter Hell. [A]nother Heaven.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aaron Grant
Hoodoo Spirit

avatar

Féminin
Nombre de messages : 275
Age : 28
Localisation : Anywhere
I say : Even Men aren't Masters of their destinies.
Date d'inscription : 18/07/2007

Character's Book
I <3 NH:
32/100  (32/100)
Relationships:
I have to confess...: I want to be another man!

MessageSujet: Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]   Mar 27 Mai - 17:20

Ca devait être un jeudi matin au lycée de la ville. Aaron était arrivé le lundi précédent de New York cette si grande ville dans laquelle il avait vécu jusqu’à ses 18ans. Aujourd’hui, il habitait à New Heaven avec certainement un ancien colonel de l’armée qu’il ne connaissait absolument pas. Leur rencontre avait été plutôt étrange, en effet, pour une fois, Aaron n’avait pas répliqué l’une de ses remarques assassines à son encontre, il était resté dans la limite de la timidité plutôt sympa non?

Nous disions donc, c’était un jeudi matin, alors que tout les élèves étaient en cours Aaron luie était dans le bureau du directeur, les deux hommes parlaient ou du moins, Mr Ledford parlait pendant qu’Aaron l’écoutait d’une seule oreille, affalé sur une chaise le pied droit sur sa jambe gauche Aaron ne faisait qu’hocher la tête pendant que le principal lui énumérait les différentes « bêtises » qu’il avait fait dans son lycée là bas à new York, à l’annonce de certains Aaron ne pouvait s’empêcher de sourire, il n’avait jamais été le parfait petit garçon parfait depuis son adolescence, ou même, depuis qu’il voyait un psy c’est à dire ses 5ans, enfant tourmenté par la mort de son frère dont il ne parlait jamais? Quoi qu’il en soit, Aaron était un mauvais garçon mais qui était tout de même intelligent, ça ne vous rappelle pas un film? Will Hunting, ce jeune homme intelligent mais rebelle aidé par un professeur, on pouvait dire que le jeune homme était le même avec une dose d’intelligence en moins…


« Monsieur Grant est-ce que vous m’écoutez parfois? »
« Non non voyez vous, je pense! »


Répliqua le jeune homme avant de soupirer et de balancer sa tête en arrière, ce qu’il pouvait en avoir marre d’être sous l’autorité des gens, Aaron aimait être libre, il aimait être seul et pensé durant des heures, c’est pourquoi, depuis son arrivée chez Mr Newman , Aaron s’occupait de son jardin, cet endroit où il se sentait libre, apaisé et où il pouvait enfin penser en toute tranquillité tout en fumant une bonne cigarette sans poser la cendre sur le sol qui renaissait de jour en jour grâce à lui, un secret à conserver à jamais!

« Vous ne m’impressionnez pas du tout monsieur Grant. »
« Vous êtes bien le premier Monsieur Ledford! »
« Mais voyez vous jeune homme, vos résultats scolaires dans votre ancien lycée ne sont pas si médiocre que ça, certes ils ne dépassent pas la moyenne mais je suis sûr que vous pouvez faire mieux! C‘est pourquoi Monsieur Grant, j‘ai placé en vous un ce tain espoir chose que je pense personne n‘a jamais fait.»
« Personne n’a envie de mettre des espoirs sur un gars qui se fait attraper dans les toilettes avec l’une des surveillantes de son lycée. »
« Justement, c’est la raison pour laquelle j’ai mit cet espoir sur vous, et c’est également la raison pour laquelle dés demain vous prendrez des cours de tutorat avec l’une des professeur du lycée.
« Vous rigolez là? »
« Je suis absolument sérieux Monsieur Grant, j’ai même un marché à vous proposez. »
« En plus de ça vous essayez de me corrompre? »
« Cessez quelques secondes de faire le plaisantin! Si à ce semestre vous obtenez la moyenne vous resterez au lycée. »
« Wouaou, que d’honneur Monsieur Ledford! »


Dit-il de façon relativement ironique.

« Mais si jamais vous n’obtenez pas la moyenne ne serait-ce qu’en maths où je vous ai placé en tutelle, vous reprendrez un billet direction New York et je suis sûr que votre psychologue vous accueillera les bras ouverts! Sur ce, vous pouvez retourner en cours et n’oubliez pas, demain vous avez tutorat! »

-----------


Se fut les seuls mots qu’Aaron échangea avec le principal. Aujourd’hui, nous sommes vendredi, jour de son tutorat. 16h00 vient de sonner. Aaron sortit de sa salle de littérature dans laquelle il restait au fond à se balancer sur sa chaise tout en regardant par la fenêtre. Son premier jour de cours ne s’était pas vraiment déroulé comme un lycéen l’aurait espéré mais Aaron était plutôt satisfait de son premier jour, tout d’abord il n’avait fait aucunes rencontres, ensuite, il avait attiré le regard d’une des jeunes filles de sa classe de physique chose qui était courant chez lui mais dont il se fichait royalement, dans ce lycée tout les élèves semblaient être sages et discrets, alors imaginer quand un jeune turbulent arrive il se fait rapidement montrer du doigt, mais finalement, toutes ses nouvelles choses lui étaient vraiment égal!

Aaron sortit de la salle avec son sac de cours presque vide sur l’épaule, normalement à cette heure-ci tout le monde sort du lycée pour rentrer à la maison ou pour passer la fin de l’après midi avec ses amis, mais dans le cas d’Aaron, la journée était encore loin d’être terminée! En effet, le principal Ledford semblait ne pas avoir oublier le marché qu’il avait fait avec Aaron, d’ailleurs en plein cours, une surveillante était arrivée dans la salle avant de donner un papier rose avec marqué la salle de tutorat, l’heure ainsi que le professeur, une certaine Madame Goodwin, professeur de mathématiques.

C’est d’un pas lourd et lent qu’il arriva devant la salle, au même moment, il croisa la route de plusieurs jeunes gens boutonneux à lunettes qui entrait dans la salle même de tutorat, c’est alors qu’il fit demi-tour, préférant rentrer chez lui, après tout, si il n’y allait pas aujourd’hui ce n’était pas la mort! Mais après quelques pas en direction de l’extérieur, il se souvint du marché conclu par le directeur, ne voulant pas retourner chez ses parents et encore moins chez psychologue il soupira alors avant de faire demi-tour, allez, deux heures c’est pas la mort quand même! Et puis finalement, si le directeur avait placé des espoirs en lui c’est qu’il en était capable, bien que ce ne soit pas pour ça que notre délinquant y allait, si il pouvait ne pas retourner chez le psy alors il le ferait! Même si il devait passer deux heures dans une salle remplit de jeune boutonneux ne voulant qu’une chose, reluquer la poitrine des professeurs ou autres élèves, amateurs!

Aaron arriva une nouvelle fois devant la porte, posant alors sa main sur la poignée il ouvrit celle-ci, son cœur battait à une vitesse plutôt rapide, il entra finalement dans la salle avant de voir que plusieurs des jeunes boutonneux le regardait comme un intrus, il faut dire qu’avec son look de petit rocker de bas étages le jeune homme ne passait pas inaperçu. Il regarda alors autour de lui avant de voir une table ainsi que des chaises libres, c’est tout naturellement qu’il y alla, personne ne semblait être à cette place et son professeur n’était visiblement pas là. Aaron ne prit même pas la peine de regarder autour de lui, il posa son papier rose en évidence avant de poser son sac et de finir par poser son bras suivit de sa tête fixant alors la fenêtre. C’est ce qu’il aimait, être seul et penser. Son tuteur/professeur n’était pas là, et si dans les cinq minutes qui arrivaient il ne serait pas là il partirait et tant pis pour le marché, il avait une bonne excuse de ne pas y aller! Trop de jeunes le regardaient et le dévisageaient, bon… Ok, vis à vis du principal cette excuse ne serait pas valable puisqu’ Aaron se fichait éperdument de se qu’on pensait de lui!

Les yeux fermés, il ne faisait qu’attendre la personne qui n’arrivait pas, une jeune lycéenne arriva alors vers lui avant de lui demander discrètement avec quel professeur il était, c’est d’un geste de la main et sans même la regarder qu’il désigna le bout de papier rose, la jeune lycéenne ne tarda pas à lui dire qu’elle n’était pas avec lui et finit par partir, comme-ci le jeune homme s’intéressait à ce qu’on prenne un cours avec lui! D’ailleurs, il ne comptait pas faire d’effort face au professeur , ce n’était pas de son plein grés qu’il y allait, alors à quoi bon faire des efforts?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nancy Goodwin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 16
Age : 32
I say : Even though we're miles apart we are each other's destiny
Date d'inscription : 26/05/2008

Character's Book
I <3 NH:
75/100  (75/100)
Relationships:
I have to confess...:

MessageSujet: Re: Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]   Mar 27 Mai - 23:57

Debout à côté de l’une des fenêtres de la salle de cours, une jeune femme brune observait par la fenêtre les couleurs de l’été indien qui donnaient au paysage un charme tout particulier. Les grands arbres de l’allée central menant au lycée ledford étaient habillés de feuilles rouge, jaune et verte lui firent regretter ses promenades quotidiennes dans Central Park. Cela faisait maintenant trois mois qu’elle était à New Heaven ayant quitté l’Etat de New-York pour venir travailler ici et vivre avec son frère et sa sœur. La jeune femme avait eu du mal à se faire à sa nouvelle vie et surtout aux règles de vie strictes et quasi militaire de son frère. Heureusement elle trouvait dans son travail de prof de Maths un certain réconfort même si à bien y regarder on ne voyait pas trop où elle trouvait encore cet enthousiasme. En effet la jeune Nancy se heurta à la mesquinerie et aux moqueries des élèves sur son style vestimentaire et sur ses talents de professeur. Pourtant elle restait positive car certains élèves lui témoignaient de l’intérêt et de la reconnaissance en respectant et en écoutant ses cours.

Nancy fut tirée de ses pensées en entendant plusieurs soupirs mécontents, elle se retourna pour voir la mine renfrognée de la plupart des jeunes gens qui étaient là. A dire vrai la jeune prof pouvait comprendre leur désarroi et leur insatisfaction car en faisant un devoir surprise elle ne pouvait pas s’attendre non plus à un débordement de joie ! Pourtant depuis une semaine elle les avait prévenus qu’une interro de ce genre était à prévoir car ils n’avaient pas cru bon de rendre les DM qu’elle leur avait donnés. La jeune femme laissa la fenêtre pour aller surveiller les étudiants en passant entre les rangs. Nancy sentit dans son dos les regards haineux de certains d’entre eux mais elle ne s’en formalisa pas plus que cela et retourna s’asseoir à son bureau. Là elle retrouva la note du proviseur l’informant qu’il souhaitait la voir après sa classe pour lui parler d’un élève en difficulté qu’elle aurait dès aujourd’hui dans son cours de soutien. La sonnerie de la fin des cours retentit ce qui libéra enfin les pauvres élèves de la torture intellectuelle qu’elle leur avait infligé.

"Merci de poser vos copies sur mon bureau. La note comptera pour le trimestre étant donné que la plupart d’entre vous n’ont pas rendu le DM de la semaine dernière. J’ajoute pour ceux qui ont eu le courage de faire le DM que je choisirais la meilleure des deux notes !"

"Mle Goodwin, je n’ai pas eu le temps de réviser vous ne pouvez pas annuler cette interro."

"Jennifer, lorsque tu as une compétition de Cheeleader tu apprends ta chorégraphie, tu t’entraînes et lorsque le coach te demande de faire des exercices tu les fais n’est-ce pas ? Parce que tu sais qu’au final cela va te permettre de remporter la victoire."

"Oui, bien sûr…"

"Et bien ici c’est la même chose. Pour obtenir de bonnes notes il faut faire des efforts, il faut donner un peu de son temps. Je ne demande pas la lune, juste que lorsque je donne des devoirs vous preniez en considération le fait que je ne fais pas ça par plaisir mais parce que cela va vous servir pour obtenir votre diplôme".

"Oui c’est ça ! Il n’y a que les profs pour dire ce genre de chose !"

La petite blondinette lui répondit avec tout l'arrogance qu'elle pouvait lui témoigner. Nancy leva les yeux au ciel en voyant la mine renfrognée de la gamine, elle ramassa toutes les copies laissées en vrac sur son bureau, les rangea dans sa sacoche qu’elle prit ensuite à la main avant de refermer la porte de la classe pour se rendre dans le bureau du proviseur. En marchant dans le couloir elle crut reconnaître la voix de Jennifer qui ne se gênait pas pour la traiter de « prof la plus nulle qu’elle ait jamais vu » et de « pauvre fille habillée comme une mormone ». Ces doux compliments en si peu de temps furent comme des coups de poings mais Nancy résista à l’envie de s’enfuir d’ici. Tant bien que mal la jeune prof atteignit le bâtiment de l’administration où la secrétait l’introduisit dans le bureau de Mr Ledford.

"Mle Goodwin, je suis ravie de vous voir. Asseyez-vous nous devons parler de Aaron Grant. Mr Grant est arrivé il y a quelques jours à New Heaven, je l’ai accepté suite à l’appel de sa mère. C’est un élève difficile mais qui a de grandes possibilités et je n’ai jamais baissé les bras face aux difficultés."

"Jusque là je vous suis mais quel rôle voulez-vous me voir jouer ? Je ne suis qu’un professeur de mathématiques."

"Vous allez être sa tutrice. Si je vous ai engagé ce n’est pas pour votre physique ou vos diplômes de l’université de Brown. Non je vous ai engagé parce les proviseurs des autres collèges où vous avez travaillé m’ont parlé de votre dévouement, de votre attention envers les élèves et de tout ce que vous avez réussi à faire avec certains élèves en difficulté."

"Je n’ai fait que mon travail, je suis très impliquée dans ce que je fais."

"C’est justement pour cela que je sais que vous ferez du bon travail avec ce garçon. Il est arrogant et impulsif mais je suis sûr que vous allez finir par trouver un terrain d’entente. Sachez tout de même une chose, s’il réussit à obtenir la moyenne dans votre matière il pourra rester ici. Dans l’autre cas Mr Grant devra partir et rentrer à New-York."

"Je crois que j’ai bien compris ce que vous voulez dire. Je vais devoir vous laisser Mr le proviseur, il me semble que mon tutorat a déjà commencé depuis 5 minutes."

"Bien sûr Mle Goodwin, allez-y. Si vous avez le moindre problème avec Mr Grant dite-le moi."

Nancy n’en demanda pas plus car la pression était déjà suffisamment grande comme ça. La jeune femme referma la porte du bureau derrière elle et traversa les couloirs aussi rapidement que possible. Heureusement la plupart des élèves étaient à présents rentrés chez eux et ils ne restaient plus que ceux qui assistaient à des cours de soutien et aux différents clubs existants. Juste avant d’entrer dans la salle, elle reprit son souffle, vérifia qu’elle avait bien emporté les fiches explicatives et les exercices ainsi que la feuille d’appel. Une dernière seconde elle resta devant la porte essayant de ne pas se laisser impressionnée par cette responsabilité nouvelle, son cœur battit plus fort, l’adrénaline monta d’un coup dans ses veines puis entra dans la salle et referma la porte derrière elle. Tout de suite les visages se tendirent vers elle : certains avec un air de profond dédain, d’autres avec appréhension et ceux qui étaient dans les premiers rangs lui adressèrent un sourire cordial.

"Bonjour à tous je vous prie d’excuser mon retard, j’ai été retenue dans le bureau du proviseur."

Nancy marcha rapidement vers le bureau laissant ainsi à tout le monde le temps de voir sa silhouette gracile cachée sous un pantalon noir stricte, un petit chemisier blanc à manches courtes ballons et un petit gilet noir par-dessus. Pourtant lorsque l’on regardait son visage doux, agréable et souriant on ne pouvait que se demander pourquoi elle essayait de se cacher sous ses vêtements austères. Cette tenue ne laissait entrevoir aucun de ses charmes car il était important pour elle d’être prise pour une prof sérieuse et non pour une copine glamour qui donnerait des cours ! De toute façon elle n’était pas là non plus pour se faire admirer et qu’importe ce que pouvait penser les élèves de ses tenues, elle était différente en dehors du lycée. La jeune femme posa sa sacoche sur le bureau et en sortit des polycopiés qu’elle tendit aux élèves du premier rang.

"Je vous fais passer la fiche explicative du cours d’aujourd’hui ainsi que les fiches d’exercices. Normalement il y a des documents pour tout le monde. S’il en manque dite-le moi j’en ai quelques uns en plus. "

Nancy s’installa derrière son bureau puis regarda quelques instants la classe le temps que tout le monde ait pris les feuilles nécessaires. Tout le monde semblait avoir enfin reçu les polys et pour une fois dans la journée les élèves étaient attentifs, du moins en apparence. C’était l’un des cours qu’elle préférait parce qu’elle avait vraiment l’impression d’être utile et de ne pas être venue à New Heaven pour rien.

"Je vais faire l’appel pour vérifier que tout le monde est bien là. Steven Aucks… Lexie Bannerman… Luke Brown… Stella Davis… Callie Finnigan… Aaron Grant…"

Nancy leva son visage de la feuille à la recherche d’une main levée mais personne ne semblait avoir répondu. Tous les élèves la regardaient comme pour savoir eux aussi de qui il s'agissait. Elle essaya de ne pas montrer son désarroi et espéra vraiment que pour son premier jour de tutorat.

"Aaron Grant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Grant
Hoodoo Spirit

avatar

Féminin
Nombre de messages : 275
Age : 28
Localisation : Anywhere
I say : Even Men aren't Masters of their destinies.
Date d'inscription : 18/07/2007

Character's Book
I <3 NH:
32/100  (32/100)
Relationships:
I have to confess...: I want to be another man!

MessageSujet: Re: Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]   Mer 28 Mai - 18:11

Cinq minutes! Cela faisait cinq minutes qu’Aaron était assis sur cette chaise ou plutôt affalé sur cette chaise qui commençait d’ailleurs à lui faire mal au derrière. La tête sur son bras il ferma les yeux quelques secondes tentant alors de s’endormir, après tout, son tuteur n’arrivait pas et les autres élèves semblait l’attendre avec une légère impatience. D’ailleurs, parmis eux on pouvait compter plusieurs styles, il y avait des sportifs qui certainement pour rester en sport devaient avoir la moyenne en maths, des rebelles qui n’avaient certainement rien de mieux à faire de leurs fins d’après midi et des petits matheux qui eux ne venaient aux cours que pour admirer la silhouette du professeur attribuer et enfin, en fond de salle, à la dernière chaise proche de la fenêtre il y avait Aaron, jeune adolescent compliqué, impulsif et arrogant qui pour rester au lycée devait avoir la moyenne dans chaque matière en commençant pas les maths où il ne dépassait pas les 7.5/20, une note médiocre pour un jeune homme aux grandes possibilités.

La salle n’était pas vraiment silencieuse, on pouvait entendre les papotages de certaines filles, les ragots d’autres ainsi que les ricanements des sportifs qui ne faisaient que de parler de leurs précédentes conquêtes ainsi que de l’effet qu’elles leur ont fait. Certaines personnes présentent dans la salle portaient une attention envers Aaron se demandant qui pouvait-il bien être. Mais ses regards, il les ignorait, il s’en fichait, la tête posée sur son sac il ne voulait qu’un peu de tranquillité et surtout, fumer une bonne cigarette bien méritée!

Durant l’espace de quelques secondes, le jeune homme se posa plusieurs questions sur son professeur, qui était-il ou elle? Si le proviseur lui avait ordonné de venir au heures de soutien s’était certainement parce que cette personne réussirait à calmer le jeune homme ce qui l’étonnait beaucoup, puisque même un psy n’arrivait pas l’aider, la seule chose de bénéfiques qu’il faisait à Aaron c’était de lui faire rater quelques heures de cours, en réalité, le psychologue avait jugé bon de lui donner quelques cachés qui servirait à le calmer, cachés qu’il n’avait pas prit! Bien que rebelle, le jeune homme n’en était pas pour autant un drogué, sachant parfaitement les effets qu’ils pouvaient produire, le jeune homme avait préféré les jeter par le fenêtre du taxi qui le ramenait chez lui! Enfin, une question persistait, qui était ce professeur qui allait l’aider à remonter sa moyenne avant la fin du semestre? Ce n’était même pas trois mois qui d’ailleurs serait beaucoup trop court pour l’aider à remonter mais six, durant six mois il était déjà sûr de pouvoir rester au lycée, en revanche, après, si jamais il ne réussissait pas, il prendrait un allé simple pour New York, la ville où il refusait de retourner vivre avec ses pauvres parents qui semblaient n’en avoir que faire de leur fils unique!

Les cinq minutes venaient tout juste de passer, Aaron était sur le point de partir, le tuteur ou la tutrice n’arrivait même pas, c’est dans un élan de lassitude qu’il releva la tête avant de soupirer, mais rapidement, alors qu’il se pré-destinait à quitter les lieux, la porte s’ouvrit.

Regardant alors dans la direction de celle-ci, Aaron fronça légèrement les sourcils comme tout les autres élèves afin de savoir qui était l’heureuse élue et rapidement tous furent plus ou moins étonnés, Aaron le premier! Cette femme était si… BCBG! Arquant alors un sourcil il semblait croire que tout ça n’était qu’une mauvaise blague! Comment une personne pouvait s’habiller de la sorte? Un pantalon strict et noir qui ne montrait aucuns formes, un vulgaire chemisier blanc certainement récupérer chez ses grand-parents et une veste noire également stricte. Même à New-York, la plus vieille des grand-mères ne s’habillait pas ainsi, c’était presque une insulte à la gente féminine de s’habiller ainsi. Aaron eut un léger sourire du coin des lèvres, finalement, ces deux heures pourraient être amusantes si son caractère allait avec ses vêtements cataloguer comme has-been dans le langage argots des jeunes.

C’est sans pour autant prêter attention à elle que le jeune homme s’affala sur sa chaise, son sac toujours sur la table il n’attendait qu’une chose, sortir de là au plus vite! Soudain, alors que la professeur parlait, une jeune fille se tourna vers lui avec un énorme sourire sur ses lèvres un peu trop glosées, lui donnant alors une feuille, le jeune homme fit en sorte de ne même pas regarder ses lèvres qui ressemblait à du plastique tatoué dessus. Il y avait vraiment de tout dans cette ville, autant des professeurs mal habillés que des lycéennes qui croyaient que des tonnes de maquillages allaient les rendre belles!

Regardant alors sa feuille il soupira, les maths étaient vraiment la chose qu’il n’aimait pas mais qu’il comprenait rapidement. C’est alors qu’il entendit qu’on l’appelait, le jeune homme leva alors la tête avant de finir par lever une main de façon plutôt molasse.


« ici. »

Dit-il de façon plutôt presque discrète pour ne pas qu’on le remarque, mais là, il se trompait complètement, tout les regards se tournèrent vers lui. Aaron regarda chacune des personnes présentent dans la salle ainsi que la tutrice avant de faire un signe de tête à l’un de sportifs de la pièce comme pour lui demander si il avait un problème (vous comprenez un peu dans quel sens je veux le dire?). Rapidement, le pseudo sportif tourna la tête ainsi que les autres élèves pendant qu’Aaron haussa des sourcils avant de soupirer une nouvelle fois et de finir par regarder sa feuille sans prêter attention à ce qu’il pouvait y avoir autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nancy Goodwin

avatar

Féminin
Nombre de messages : 16
Age : 32
I say : Even though we're miles apart we are each other's destiny
Date d'inscription : 26/05/2008

Character's Book
I <3 NH:
75/100  (75/100)
Relationships:
I have to confess...:

MessageSujet: Re: Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]   Mer 28 Mai - 22:12

Un main se leva avec peu d’entrain puis une voix à peine audible répondit à sa question et Nancy posa son regard sur l’élève assis au fond de la classe à côté de la fenêtre. La jeune femme comprit plutôt rapidement que le jeune homme essayait d’échapper à la curiosité de ses semblables aussi ne lui infligea-t-elle pas l’humiliation de lui demander de se présenter devant toute la classe car il était nouveau. Sans s’en rendre compte elle détailla la tenue vestimentaire de l’élève qui se donnait un petit côté rock puis elle observa l’ossature de sa mâchoire et l’intensité du regard lorsqu’il fixa un des joueurs de l’équipe de basket qui devait une fois de plus avoir essayer d’intimider un nouveau. La jeune femme resta un instant sans rien dire encore un peu troublée par la tension qui régnait quelques secondes auparavant. Nancy reprit une certaine contenance et continua à faire l’appel des élèves jusqu’à atteindre la fin de la liste.

"… Veronica Sanders... Timothy Thunder… Kyle VonHubard et enfin Léa Windam."

"Tout le monde est là nous allons enfin pouvoir commencer. Comme vous le savez ce cours n’est pas là pour comparer le niveau des élèves mais au contraire pour une remise à niveau ou pour un perfectionnement. Alors pour ceux qui ont envie de se payer la tête des autres élèves parce qu’ils n’ont pas le niveau… Je vous demanderais de sortir et d’aller voir Mme Sandro qui s’occupe du club d’Art dramatique ! Je suis qu’elle trouvera quelques petits rôles taillés sur mesure pour vous."

C’est avec une certaine jubilation que la jeune prof vit de passer sur les visages des élèves qu’elle visait, ces élèves hautains qui se prenaient pour l’élite du lycée, des expressions aussi diverses que l’incrédulité, l’humiliation, la surprise et incompréhension. Ces jeunes gens venaient au cours de soutien quand ils en avaient envie et sans jamais demander quoi que ce soit à Nancy. Elle devait subir les railleries de ces petits boutonneux parce qu’ils avaient la fortune de leur parents et bien aujourd’hui elle en avait plus qu’assez de les voir accrocher à ses basques. Sa satisfaction fut encore plus grande lorsque le chef de la bande se leva, s’excusa et sortit sans rien demander de plus. D’autres suivirent levant tout de même les yeux vers la prof de maths qu’ils ne pensaient pas être comme ça. Ils avaient cru qu’elle était à l’image de sa tenue, une personne timide, sans personnalité et ne disant pas un mot plus haut que l’autre. Dommage il faut toujours se méfier de l’eau qui dort.

Bien maintenant que nous sommes entre nous, nous allons revoir les bases.
Nancy se retourna vers le tableau, prit la craie et écrivit le titre du chapitre qu’ils allaient travaillé aujourd’hui. Son écriture était espacée et très lisible sans pour autant être une écriture scolaire de petite fille apprenant à faire de belles lettres. La jeune femme continua de détailler le programme des deux heures qui allait suivre. Elle entendit alors des soupirs desespérés, des grognements et quelques plaintes. A première vue certains n’avaient pas regarder les polys et donc la suprise fut de taille. Les petits génis venus là pour autre chose que son cours n’allaient pas être déçus du voyage, ils allaient revoir des choses qui pour eux étaient comme sorti du programme de maternel ! Sadique Nancy ? Non pas du tout juste qu’elle compte bien vider sa classe des parasites qui n’ont rien à y faire !


Spoiler:
 


"Avant de commencer à dire que vous n’y arriverez jamais, prenez la fiche explicative que je vous ai fait passer et lisez le premier point. Ensuite si vous avez des questions ou que vous ne comprenez pas ce que cela raconte nous pourrons en discuter."

Nancy lut dans le regard des matheux de la déception au regard du programme qu’elle proposait aujourd’hui. Les autres, ceux qui étaient là non par choix mais par qu’il le fallait, firent la grimace puis se plongèrent dans la lecture. La jeune femme jeta un coup d’œil vers le nouveau qui pour le moment semblait plus absorbé par la faune et la flore au dehors que par ce qui se passait dans son cours. Avouons-le elle eut un petit pincement au cœur parce qu’après tout elle non plus n’avait pas demandé à ce qu’il vienne ici. Aaron représentait pour elle à la fois un défi et ce pour quoi elle travaillait, même si elle devait y passer des semaines, elle finirait bien par l’intéresser à son tutorat. De mauvaise grâce elle détourna le regard pour reporter son attention sur les élèves avec qui elle travaillait depuis déjà quelques mois qui faisaient des progrès et qui eux aussi méritaient toute son attention.


[Je m'excuse pour ce rp en manque d'inspi Rolling Eyes En ce qui concerne le cours de Math... il ne faut pas trop m'en demander parce que je suis archi nulle en math! Et encore je suis gentille Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Grant
Hoodoo Spirit

avatar

Féminin
Nombre de messages : 275
Age : 28
Localisation : Anywhere
I say : Even Men aren't Masters of their destinies.
Date d'inscription : 18/07/2007

Character's Book
I <3 NH:
32/100  (32/100)
Relationships:
I have to confess...: I want to be another man!

MessageSujet: Re: Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]   Dim 1 Juin - 17:24

Alors qu’Aaron venait de « menacer » l’un de ses futurs camarades de classe avec un simple regard ainsi qu‘un levé de menton, la jeune professeur termina l’appel avant de demander à tous ceux qui ne voulaient pas travailler de partir de la salle. C’est alors que ce pseudo leader qui, il y a quelques secondes encore regardait le jeune délinquant avec l’un de ses regard supérieur qui donne une mauvaise envie de vomir, se leva et quitta la salle avant de lancer un dernier regard au blondinet assit dans le fond, ce regard voulait quasiment tout dire, il n’oublierait pas son visage, chose qu’Aaron n’oubliera pas également, quand on le cherchait, on le trouvait! Croyez-moi, Aaron n’était pas le plus bagarreur du monde, au contraire, c’est seulement quand on le cherchait un peu trop qu’on le trouvait!

La salle se vida légèrement, seul les matheux et autres élèves vraiment en difficultés restaient assis sur leurs chaises à attendre que le cour ne débute pour de bon. Aaron quand à lui préféra s’affaler sur sa chaise comme-ci il n‘en avait rien à faire de cette salle presque vide, piochant alors dans son sac un crayon à papier et se mettant à le faire tourner autour de son pouce il regarda de nouveau par la fenêtre, il y avait encore un petit soleil à l‘extérieur, il aurait tellement aimé être dehors allongé sur l‘herbe plutôt qu‘ici dans cette salle où seule la professeur parlait. Les maths n’étaient vraiment pas la chose qu’il aimait, il en avait même horreur! Son regard était fixé sur sa feuille de maths et il n’écoutait pratiquement pas ce que disait la jeune femme. Comme à chaque fois il aimait faire les choses par lui même et seulement par lui même. Entendant les soupirs des différents élèves, il ne leva pas les yeux pour autant. Du moins, pas immédiatement.

Dés les premières questions que proposait la feuille la difficulté de ne pas avoir suivit les cours de maths à New York se faisait sentir. Aaron n’avait jamais écouté ce que disait son professeur de maths comme tout les autres cours en réalité. Bien qu’à chaque trimestre le jeune homme obtenait à peine la moyenne il n’écoutait pas pour autant les cours, les trouvant sans intérêts. Mais pourquoi tant de « je m’en foutisme? » La réponse est simple, Aaron défiait sans cesse l’autorité de ses parents, c’est pourquoi, quand celui-ci appris qu’il était obligé d’aller en école privée, il décida de le faire regretter à ses parents comme tout le reste en fait, le psychologue qu’il voyait depuis l’âge de cinq ans semblait ne plus vouloir le voir, son comportement dépassait ce qu’il pensait, Aaron avait une haine immense envers ses paternels, depuis la mort de son petit frère qui n’avait que six mois, Aaron semblait avoir subit un choc émotionnel, choc que ses parents n’avaient pas du écouter c’est pourquoi il les détestait et il n’avait pas peur de le dire et en guise d’aide il lui donnait des médicaments pour le « calmer », médicaments qu’il ne prenait plus depuis son adolescence, puisqu’ils l’empêchaient de jouer au football, le seul sport qui l’aidait à rester un peu correct!

Alors que la jeune tutrice parlait aux autres élèves et les aidait, Aaron lui préférait fixer sa feuille dont il ne comprenait rien. Certains matheux avaient déjà terminé, d’ailleurs pour eux tout ça n’était qu’un jeu d’enfants. Quelques secondes passèrent avant que le charmant jeune délinquant lève enfin les yeux. Son regard se dirigea sur sa professeur, il « l’étudia » attentivement, regardant son corps avant de finir par fixer son visage. Son regard se posa sur elle l’espace d’une dizaine de seconde avant qu’il ne finisse par faire tomber son crayon sur le sol ce qui le sortit de ses pensées. Secouant alors légèrement la tête il se baissa pour ramasser son petit bout de bois avant de se rasseoir ou plutôt s’affaler sur sa chaise comme précédemment. Il jeta un dernier regard sur sa tutrice avant de finir par rouler des yeux et secouer la tête pour regarder de nouveau sa feuille, ces deux heures allaient certainement être les plus longues de toutes sa vie! Il n’aimait pas les maths, comment pourrait-il avoir la moyenne alors qu’il ne comprenait rien à tout ça?


[J'ai bien aimé ton post ne t'inquiètes pas =), en revanche je suis comme toi, je n'y comprend rien en maths.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un marché contre deux heures? [Nancy Goodwin]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout nu à deux heures [Terminé]
» Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius]
» Alerte, sang à deux heures.
» -> votons toutes les deux heures (des points à la clé)
» Deux heures du mat, c'est trop tôt ou trop tard ? - arène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• A Little Piece Of Heaven • :: • New Heaven's Streets • :: Ledford High School :: Salles de classe-
Sauter vers: