[E]pisode [3]: [A]fter Hell. [A]nother Heaven.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Paul Springsteen. ~ Inventé ~

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   Lun 29 Oct - 0:32

Ce qui risque de vous marquer le plus chez Paul, c’est sa sincérité. Dans toutes les choses qu’il fait ou dit, il est toujours très sincère. Bien entendu, il fait attention de ne blesser personne au passage, car ce n’est pas son but : il prend toujours la peine de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de l’ouvrir. Effectivement soucieux de son entourage, il serait prêt à tout pour ceux qui lui sont chers, même à en venir aux mains. C’est avant tout quelqu’un de généreux, qui n’hésite pas à partager, ou à tout simplement donner. Selon lui, un sourire d’une personne qu’on aime vaut bien plus que tout le reste. Il n’a peut-être pas tort, après tout ? Aussi, Paul est bagarreur. Disons qu’en agissant parfois ainsi, en se faisant passer pour un dur à cuir ou un « bad boy » - chose qu’il n’est pas vraiment -, on dirait qu’il essaye de prouver quelque chose à ses proches, voire à lui-même. En revanche, quand on le connaît bien, on s’aperçoit aussitôt qu’il n’est pas comme ça. Au contraire, c’est un grand sensible, qu’un tout petit rien peut très vite chambouler. Il en vient donc très facilement aux larmes, puis aux poings. Sa santé psychique est aussi fragile que son petit coeur. Il a naturellement tendance à être défaitiste, ou à baisser trop facilement les bras quand les pièges que la vie lui tend deviennent trop durs. Mais ses amis sont toujours là pour l’aider...

Charmeur et très sympathique, la plupart des gens aiment être en compagnie du jeune Paul. Son sens de l’humour hors du commun et son goût pour les bonnes blagues servent généralement à détendre l’atmosphère ou amuser la galerie. Fêtard, il est presque indispensable à toutes les grandes soirées. Mais attention ! Bien que plutôt apprécié, Paul n’est pas pour autant obnubilé par l’image qu’il véhicule de sa personne, ou de ce que les autres peuvent penser de lui. Du moment qu’il s’amuse, et que les autres se sentent bien en sa compagnie... Son joli petit minois et son sourire craquant le rendent presque irrésistible. Mais malheureusement, le jeune homme ne sourit que très rarement. Et c’est bien dommage !


Dernière édition par le Lun 29 Oct - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   Lun 29 Oct - 0:59

Nous allons nous concerter entre admin pour choisir ton sujet de RP, nous faisons le plus vite possible. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   Lun 29 Oct - 1:02

Aucun problème. J'attends patiemment, promis ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   Mar 30 Oct - 17:44

Alors Paul, tu devras jouer sur le côté "à fleur de peau" de ton personnage en nous racontant en 20 lignes minimum une soirée pendant laquelle ton personnage en serait venu aux mains. Libre à toi d'imaginer pourquoi et avec qui.

Bon courage.


Dernière édition par le Mar 30 Oct - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   Mar 30 Oct - 19:49

Les rumeurs. Impossible de ne pas en être la victime au moins une fois dans sa vie. Elles sont toujours là pour vous faire dire ce que vous n'avez pas dit, ou faire ce que vous n'auriez certainement jamais eu l'idée de faire. Elles vous suivent pratiquement partout, et c'en devient vite une obsession. La moindre chose que vous entreprenez, vous faites alors en sorte que personne ne soit jamais au courant, de peur que l'on déforme tout, et qu'une autre rumeur ne vienne vous empoisonner votre quotidien. Certaines personnes préfèrent agir, profitant d'un grand moment de silence lors d'une soirée entre amis pour mettre les choses au clair. D'autres encore savent que ce n'est qu'une phase, et qu'il suffit d'ignorer toutes ces sottises pour calmer les commères. Enfin, il y a ceux et celles que cela affecte tout particulièrement, et qui restent cloîtrés chez eux, convaincus que s'ils sortent, le monde leur tombera dessus une seconde fois. Paul Summer Springsteen, jeune homme âgé de 19 ans et des poussières, originaire de Chester, en Angleterre, fait partie de cette catégorie de personne. Seul dans sa chambre ce soir-là, les genoux repliés contre son torse, la tête posée sur ses genoux, son regard était troublé par les quelques larmes qu'il se retenait de verser. Toute la journée, il les avait entendues, ces satanées rumeurs. Partout où il allait, on le regardait comme une bête de foire, comme s'il n'était plus humain tout à coup. Il avait fallu qu'il ne soit pas aussi discret que d'habitude, pour qu'en une nuit seulement, toute l'université soit déjà au courant de ses moindres faits et gestes. Reniflant bruyamment, une main fébrile et tremblotante vint essuyer sa joue. Tout le monde savait, c'était foutu. Il savait bien qu'on l'avait montré du doigt dans les couloirs, et qu'on s'était permis de faire des remarques à son égard...

« Embrasser ? Mais... Embrasser... Tu veux dire : Embrasser ? »
« Ouais. Dégueulasse. Vraiment répugnant... »

Puis il y avait eu les gentilles petites remarques glissées au creux de l'oreille juste avant que les cours ne commencent. Bref, le jeune homme avait passé une journée très agréable. Heureusement que ses amis étaient toujours là pour lui remonter le moral et lui faire oublier tous ces crétins qui n'y comprenaient rien. D'ailleurs, on frappait à la porte de sa chambre. Et si c'était sa mère ? Vite, il fallait qu'il dissimule ce flot incontrôlable de larmes. Mais comment ? Trop tard, la porte s'était déjà ouverte alors que Paul n'avait même pas eu le temps de bouger. Soulagement : ce n'était que Sarah, la meilleure amie du jeune homme. Celle sur qui il pourrait toujours conter. Elle le lui avait juré. Refermant la porte derrière elle, la brunette s'assit sur le bord du lit de son ami, passant son petit doigt fin sur ses joues rouges et humides. S'il pouvait conter sur elle, Paul savait également qu'elle serait toujours la seule à pouvoir sécher ses larmes. Les deux jeunes gens s'enlacèrent. Lui, il retrouvait presque le sourire. Elle, elle se contentait de le regarder, pour lui refiler un brin de sa bonne humeur. C'est que son excentricité et sa joie de vivre était contagieuse, et elles égalaient tous les remèdes contre la tristesse et la morosité.

« Aller, viens Paul-chou. Tu vas pas te laisser abattre par des cons dans leur genre ? Tu t'en fous d'eux, ils ont rien compris au film. On sait c'que tu vaux nous, en vrai. Et crois-moi, j'te connais, t'es pas du genre à te laisser faire comme ça. J'ai tort ? »

Le doigt de Sarah souleva doucement le visage de son meilleur ami, le forçant ainsi à la regarder, à affronter son regard. Ainsi, il ne pourrait pas se permettre de remettre en cause ses dernières paroles, devant d'aussi beaux yeux noisette. Elle n'avait pas tort. Ou presque. Elle lui pris la main, lui ébouriffant les cheveux avec l'autre. Il détestait quand elle faisait ça. Lui qui passait des heures entières devant son miroir chaque matin pour essayer de paraître présentable, il fallait toujours qu'elle s'entête à tout gâcher. Mais il l'aimait quand même. Impossible de ne pas faire autrement. Elle était tellement parfaite, la petite Sarah. Ils se connaissaient depuis le bac à sable, et jamais jusqu'ici ils ne s'étaient séparés. Car avec le temps, ce n'était même plus de l'amitié, c'était forcément devenu de l'amour...

« Tout le monde nous attend en ville, on va boire un verre. Aller viens Chéri Chou. Ca va te remonter le moral. »
« D'accord, j'arrive. Mais c'est bien parce que c'est toi ! Oh, et je te préviens... Si tu t'amuses à m'appeler comme ça devant tout le monde, je... »
« Tu ? »

Ouh ! La petite insolente. Elle voulait toujours avoir le dernier mot, hein ! Eh bien ça n'allait pas se passer comme ça. Aussitôt, Paul oublia tout le reste, ébouriffant la chevelure déjà plus qu'emmêlée de son amie, avant de se mettre à la chatouiller, chose qu'elle ne supportait guère. Bien fait ! Après quelques minutes passées à se chamailler, les deux amis se relevèrent, essayant de se recoiffer à l'aveuglette. Sarah avait réussi sa mission, il était redevenu le Paul Summer Springsteen qu'elle avait toujours connu. Pas celui qui se lamentait sur son sort pendant que les autres s'amusaient de ses faiblesses.

Ce fut un peu plus tard dans la soirée que les fameuses rumeurs reprirent le dessus sur le comportement de notre jeune homme... Sarah et lui arrivèrent au dit bar après quelques minutes de marche, retrouvant toutes les personnes qu'ils appréciaient, et avec qui ils étaient sûrs de passer une bonne soirée. Ainsi, Paul oublierait plus facilement ce qu'il avait traversé aujourd'hui, et ce qu'il aurait à surmonter demain. Tout ce qu'il avait à faire, c'était prétendre qu'il ne se portait pas si mal que cela, et que toutes ces remarques ne l'avait pas vraiment touché. Mentir, en somme. Chose pour laquelle il n'était pas vraiment doué, mais peu importe. La soirée venait tout juste de se commencer, et ils démarraient tous sur les chapeaux de roues : les blagues salaces fusaient, les ragots aussi. Certains flirtaient, se glissant des mots doux à l'oreille, d'autres se mettaient en quête d'une jeune femme facilement abordable. Paul avait commandé une bière, puis un de ces cocktails alcoolisés dont il ne pouvait se passer. Alcool, quand tu nous tiens. Agréable sensation de puissance, tout à coup. Non, il n'était pas ivre. Il était seulement un peu plus apte à oublier ce qu'il s'était produit pendant la journée, et à raconter des histoires cochonnes. De là à dire qu'il titubait ou qu'il allait vomir tout ce qu'il avait sur le beau parquet vernis, c'était un peu exagéré. Soyons clairs : il était parfaitement maître de lui-même. Mais pour combien de temps encore ?

Il s'amusait comme un petit fou. Jamais encore il n'avait autant ri de toute sa vie. Du moins, c'était ce qu'il croyait. Mais il eut fallut qu'on gâcha tout. Qui ? Le pire ennemi de Paul, celui pour qui il éprouvait de l'aversion, parfois même de la pitié. Le voir dans les parages dilapidait toute sa joie de vivre en un seul instant. Ces deux-là s'étaient jurés qu'ils se feraient la peau, une fois en dehors du lycée. Leurs chemins s'étaient enfin croisés, tout comme leur regard. Naturellement, Troy avait entendu parler des rumeurs à l'égard de « Springsteen », et n'allait pas manquer de lui envoyer quelques répliques cinglantes, pour le remettre à sa place, ou tout simplement le mettre mal à l'aise devant toute sa petite bande de ringards. Déjà, le joueur de basket s'avançait vers son adversaire, suivi de ses fidèles serviteurs. Ou plutôt, de ses gros ours mal léchés qui n'avaient rien dans le crâne, mais presque tout dans le slip - il en fallait bien un peu dans les muscles.


« Regardez qui voilà ! Ne serais-ce pas notre grande tante Summer Springsteen ? »

Troy venait de confirmer les pensées de Paul : ce crétin avait effectivement entendu tout ce qu'on racontait à son égard. Peut-être même était-il à l'origine de ces ragots ? Le jeune homme ne répondit rien à cette provocation, mais l'envie de mettre une droite à cette imbécile le démangeait cependant. On le traitait de tante, alors qu'est-ce que cela donnerait le lendemain, quand tout le monde aurait appris qu'il n'avait pas eu la force de se battre contre Troy, le mec le plus populaire du lycée ?

« Alors, il est ou ton petit copain ? Il parait qu’il embrasse bien... »
« Comment tu peux en être aussi sûr, si tu ne l’as jamais embrassé, hein ? »
« Oh... Regardez comme elle est mignonne quand elle s’énerve ! »

C’en était trop. Paul se leva aussitôt, renversant sa chaise au passage, et faisant trembler les verres remplis de diverses boissons qui traînaient sur la table devant laquelle il s’était assis. S’approchant dangereusement de Troy, il le saisit par le col. Le garçon serrait les dents, se retenant de lui faire manger son poing pour ce qu’il venait de dire. Son ennemi juré continuait d’arborer un magnifique sourire, comme s’il avait attendu ce moment depuis des lustres. Comme si le fait de savoir qu’il allait se faire frapper le réjouissait particulièrement. Après tout, c’était tout ce qu’il méritait. Sarah était derrière lui, s’accrochant de toutes ses forces au bras de son ami. Elle savait très bien qu’il finirait un jour par le regretter, c’est pourquoi elle voulait l’empêcher de commettre une chose pareille. Mais déjà, Troy se permettait d’en rajouter.

« Alors quoi ? Tu sais pas te battre ? »

Son visage se rapprocha doucement de celui de son adversaire, pour venir susurrer au creux de son oreille quelque chose qui ressemblait à...

« Tapette... »

PAF ! Le coup était parti. Paul ?! Une tapette ?! Certainement pas ! Il aimait les hommes, et alors ? Où était le problème ? Est-ce que c'était vraiment une raison pour lui faire subir tout un tas de choses ? Ouh que non ! Et puis il ne l'avait embrassé qu'une fois. Qu'une seule et unique fois. A part ça, il ne s'était rien produit. Absolument rien. Le guitariste ne comprenait pas. Alors on pouvait s'appeler Troy, draguer toutes les nanas, être le plus populaire, consommer n'importe quelle drogue, être un vrai salaud, mais on n'avait certainement pas le droit d'être banal et d'aimer les personnes du même sexe. Il l'avait mérité ce coup de poing, c'était clair. Pour tout ce qu'il avait dit, et pour tout ce qu'il raconterait à tout le reste du bahut, le lendemain. Malheureusement pour Paul, ce n'était que le début d'une longue série d'ennuis et de calvaires. Alors, il n'aurait plus d'autres choix que de se retrouver seul dans sa chambre, les genoux repliés tout contre son torse, sa tête sur ses genoux, le regard troublé par les quelques larmes qu'il se retiendrait de verser, attendant patiemment que Sarah ne vienne le sortir de là...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   Mar 30 Oct - 21:05

C'est juste parfait, j'adore ta façon d'écrire, toi je t'aime déjà Razz

Tu peux donc passer à ta fiche dès maintenant. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   Mar 30 Oct - 21:26

Waouh ! Merci beaucoup ! Ton compliment me touche beaucoup ! ^^
Je vais faire ma fiche, sans plus attendre... =D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Springsteen. ~ Inventé ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Springsteen. ~ Inventé ~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paul Magloire un président qui avait de l'envergure, un leader de fort calibre
» Vent de panique au Collège St-Paul (koté sa pralé mezanmi)
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» Quand Paul Raymond bombarde le pouvoir et l’opposition
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• A Little Piece Of Heaven • :: • Le Point "Informations" • :: Test :: Tests Validés-
Sauter vers: